S'abonner

Toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail

Actualités

26 avr. 2016 15:04:00

Devenu N°1 français, Cepovett va relancer Lafont

Cepovett veut refaire de Lafont le grand nom du workwear qu’il a été. Nicolas Sandjian espère bien pouvoir d’ici quelques mois annoncer que Lafont a renoué avec la rentabilité.

Nous vous l’avions annoncé en avant-première en février alors que le bruit commençait à circuler… C’est fait : Cepovett a racheté son concurrent Lafont au groupe Kwintet, également propriétaire de Bragard. L’occasion pour PIC de faire le point avec Nicolas Sandjian, P.-D.G. de Cepovett, sur les conséquences de cette acquisition et l’avenir de Lafont. Avec un chiffre d’affaires désormais annoncé à 130 millions d’euros, « Cepovett se positionne clairement aujourd’hui comme le leader incontesté du marché français du workwear, souligne tout d’abord Nicolas Sandjian. Par le rachat de Lafont, nous avons acquis une marque forte,  qui malgré les turbulences rencontrées ces dernières années a su garder la fidélité de ses clients. Cepovett s’est développé grâce à une stratégie de croissance externe. Nous avons toujours réussi à renouer avec  les bénéfices dans les 18 mois suivants nos acquisitions. C’est clairement notre objectif avec Lafont : réinvestir pour renforcer et relancer la marque. Et je suis persuadé que le prochain exercice sera bénéficiaire… »

C’est une lourde tâche que se donne Cepovett. En 2014, Bragard et Lafont avaient déjà été en vente. « Nous avions, à l’époque, envisagé une acquisition, mais nous n’étions pas intéressés par Bragard, se rappelle Nicolas Sandjian. En rachetant Lafont aujourd’hui, nous souhaitons apporter la sérénité et la pérennité indispensables pour construire une stratégie gagnante à moyen et long terme. »

L’acquisition de Lafont, comme nous l’avons évoqué dans notre précédent numéro, offre de réelles perspectives de synergies. « Ces deux sociétés ont les mêmes savoir-faire produits, des fournisseurs en commun. Acheter de manière groupée nous permettra de réaliser des économies d’échelle. De même, grâce à des flux logistiques plus importants, être plus réactifs auprès de nos clients. »

Nicolas Sandjian, P.-D.G. de Cepovett a répondu aux questions de Pic.

Comment s’est déroulé le rachat de Lafont ?

Lafont est une entreprise que nous connaissons bien. La vente a été finalisée en trois semaines car Kwintet voulait vendre vite, conscient que cette opération aurait dû se faire il y a déjà deux ans. Et que, depuis, la situation économique de Lafont, malgré les nombreux efforts entrepris, a continué à se dégrader.

Sa situation était-elle si mauvaise que vous le sous-entendez ?

Lafont est une société qui a été bien malmenée depuis plusieurs années. Il lui a visiblement manqué une vision à long terme qui aurait pu permettre d’assainir sa situation. Le fait que LAFONT est survécu à toutes ces turbulences prouve la force de la marque qui jouit d’une réelle notoriété en France et a encore des clients fidèles. Nous allons tout faire pour lui redonner la place qu’elle mérite sur le marché du workwear.

 

Sur le même sujet

Vidéo du mois

MAGNETA - Emerit - La Montre e-WG100

Annuaire

Trouvez tous les prestataires de la Sécurité et de la Santé au Travail

S'abonner à la newsletter

Tous les 15 jours, recevez par email toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail.